Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

La Cité de la Peur (1994) : Génération

Gérard Darmon et Alain Chabat devant l’écran du Cinéma de la Plage, le jeudi 16 mai 2019

Par où commencer ? J’avais des choses à dire avant la séance, j’en avais à dire pendant, j’en avais à dire juste après, et voilà que le temps passe et de nouvelles choses viennent.

Avant d’aller voir la séance, j’aurais dit que je m’apprêtais à découvrir un film qui ne m’appartient pas, n’appartenant pas à la génération des enfants des années 70-80. J’aurais donc dit que ce film appartient entièrement à cette génération. J’appartiens effectivement à la nouvelle génération d’humour en France, notamment celui de YouTube bien sûr. Cyprien, Norman, le Palmashow, Golden Moustache, Studio Bagel, etc etc. Voilà ma génération. Mais je dirais surtout que j’ai grandi entouré d’adultes appartenant à cette autre génération, celle des Nuls, des Inconnus, les Robins des Bois, etc etc. La Cité de la Peur étant au cœur de ces souvenirs générationnels. Que ce soit par ma mère, la série Bref de Kyan Khojandi, des citations de mon entourage, des extraits à la télé ou sur Internet : le souvenir Cité de la Peur était un peu partout. Je connaissais, mais je ne l’avais pas vu. « Quoi !? T’as pas vu la Cité de Peur !? Mais c’est CULTE ! »

Quand on a su qu’on allait aller au festival de Cannes avec mes camarades, on suivait un peu toutes les dernières actualités qui sortaient jour après jour. Assez tôt, est venue cette fameuse pétition qui réclamait à Alain Chabat et à Gérard Darmon de faire à nouveau la Carioca pour les 25 ans du film. Puis le festival a confirmé, le film serait en sélection pour Cannes Classics, j’allais enfin le voir.

C’était une séance sur la plage, ouverte à tout le monde, accrédité ou non. On pouvait même voir le film depuis la Croisette. Des transats avaient été installés, on est arrivés trop tard, la plage réservée était déjà bien remplie et on a dû se mettre derrière les barrières assis dans le sable au loin de l’écran, aux côtés d’au moins 250 autres personnes. 

Dominique Farrugia, Chantal Lauby et Alain Chabat montent sur scène, commencent un petit quiz culturel sur le film, tout le monde répond en cœur. En majorité des gens de mon âge. Le film n’était même pas sous-titré en anglais, comme visant exclusivement le public français. Évidemment, la réaction du public sur la plage fait partie du film, je remarque surtout ceux qui rient en avance du gag, ceux qui récitent les répliques en même temps que les personnages, etc etc. Bref, la projection de La Cité de la Peur était aussi et surtout la réunion de fans du film, le connaissant par cœur et faisant partager leur engouement aux nombreux autres qui ne l’avaient pas vu. Les rires se mélangent, tout comme les applaudissements. Je me rends alors compte que le film me parle totalement, bien que je sois un enfant des années 2000 voyant le film pour la première fois. C’est mon humour, ce sont des personnalités que je connais, une inspiration immense pour les humoristes avec lesquels j’ai grandi, … En plus le film se déroule à Cannes pendant le festival, quelle découverte idéale.

Et puis, Alain Chabat est toujours là. Je regarde le Burger Quiz, il apparaît en featuring dans quelques sketchs sur Internet, au cinéma, … La génération se poursuit finalement.

Ah oui, j’allais oublier : On a eu droit à la Carioca en vrai.

Article écrit par Paolo Bourget le mercredi 22 mai 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :