Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Masterclass de Nicolas Winding Refn : Cinema and streaming is the same world.

Elle Fanning et Nicolas Winding Refn sur le tournage de « The Neon demon » (2016).

Entretien réalisé par Philippe Rouyer (critique de cinéma pour la revue Positif) dans le cadre d’une rencontre organisée par la section Cannes Classics de la 72ème édition du festival de Cannes. Nicolas Winding Refn est le réalisateur de « Valhalla rising », « Drive », « Only God forgive », ou encore « The Neon demon ».

Votre nouveau film, d’une durée de treize heures et étant divisé en plusieurs partie est ici partiellement présenté au festival de Cannes cette année. Vous qui écrivez vos films chronologiquement, comment expliquez-vous ce choix de diffusion en commençant par les épisodes 4 et 5 ?

Après avoir réalisé mon dernier film, je souhaitais réaliser un film qui serait diffusé en streaming. Réaliser Too old to die young c’était comme peindre sur une toile, puis découper cette dernière en pièces, la donner au public et leur laisser la liberté de la disposer dans l’ordre qu’ils souhaitent.

Il y a une certaine aspiration à la pureté dans vos films, mais ils sont cependant très violents. Cette violence est comme un dripping de Pollock, qui éclate réellement à l’écran.

Oui. Le sexe et la violence sont l’essence de toute chose dans la vie. Mais la chose la plus importante est le silence. Le silence permet le surgissement soudain de la vitesse, et par conséquent de la violence.

Votre carrière ainsi que votre processus de création sont faits d’expérimentations. Notamment au niveau de la couleur, vos films sont caractérisés par une esthétique bien particulière qui vous est propre.

Je suis daltonien, et par conséquent je ne parviens à percevoir que les couleurs « extrêmes ». J’ai donc mis au point une palette des couleurs que je suis capable de voir, et à partir de cela mon chef opérateur peut travailler. Il n’est cependant pas impossible qu’un jour je fasse un film en noir et blanc.

Too old to die young est une série produite par Amazon, pourquoi ce choix de streaming ?

Je pense que le streaming c’est l’avenir, le futur. Je pense qu’un film aujourd’hui a divers futurs, et c’est pourquoi on ne peut plus penser un film uniquement pour un medium. J’ai plusieurs fois réalisé des publicités et je suis convaincu que la publicité est une forme d’art. Le cinéma et le streaming sont désormais du même monde. Amazon m’a laissé faire ce que je voulais.

Est-ce que l’expérience de la salle de cinéma est quelque chose d’important pour vous ?

À vrai dire, j’ai découvert le cinéma à la télévision, pas en salle. J’étais fasciné par le fait qu’en appuyant sur un bouton l’on puisse voir des émotions et des temporalités différentes. Et c’est ce que je trouve très intéressant. Le simple « click ! » d’un bouton.

Vous avez créé votre propre plateforme de streaming proposant des films oubliés que vous avez fait restaurer.

J’aime beaucoup l’idée de restaurer des films. Sur la plateforme les films sont classés par thèmes et accompagnés de textes. (Lien vers la plateforme : https://www.bynwr.com/fr/).

Masterclass retranscrite par Marion Bevilacqua, le 20/05/19.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :